Apriati

Comment une histoire d'amour devient-elle le fil d'Ariane du fil d'Apriati et du bracelet Seven Cords?

Tout commence à Florence où une passion commune entre deux jeunes artisans joailliers, donne naissance à Apriati, une ligne de bijoux fins et faciles à porter au quotidien. Et c'est à Athènes en 1999 qu'Athina et Themis vont concrétiser leur amour dans une première boutique-atelier afin d'y dévoiler leurs trésors fait de fil de coton acidulé, d'or, d'argent, de matières précieuses et semi-précieuses accessibles à tous.

Le secret de leur succès réside dans la symbiose de ce couple, tout juste jeunes parents, qui va savoir partager son univers autour d'un talisman résolument moderne mais empreint d'influence hellénistique. Lui, jeune créateur de talent, oeuvrant dans son atelier comme dans une cuisine, manipulant les matières, les couleurs et les proportions afin que chaque pièce soit unique mais  signée du fameux fermoir en or ou argent martelé, toujours accompagné d'une turquoise, enfilée et nouée.

 Elle, sa muse, son amour, indispensable tête pensante sans qui rien ne serait réalisable, à l'origine avec lui du concept des boutiques aux multiples tiroirs dévoilant un à un leurs bijoux porte-bonheurs, dans les Cyclades et ailleurs.

Mais pour qu'à Paris Apriati prenne vie, il a fallu compter sur Martine Chelly, qui fut avocat puis productrice télé avant de se consacrer entièrement à sa passion: les bijoux. Dénicheuse de talents aussi, c'est après avoir découvert et ouvert une boutique pour ceux de Lina Fanourakis qu'elle est tombée au cours de l'un de ses nombreux voyages sur la boutique Apriati à Athènes. Le coup de foudre fut immédiat et elle ouvrit la boutique du 54 rue du Four à Saint-Germain-des-Prés dans la foulée (photo ci-dessus).

Une coutume grecque veut que l'on s'offre le Charms de l'année en décembre, qui au-delà du simple bijoux est un véritable porte-bonheur, alors si vous n'avez pas encore commencé à les offrir et à les collectionner, il est plus que temps d'y aller! Surtout qu'à partir de 35 euros, on aurait tort de s'en priver!

Quant à moi, même si mes poignets en portent déjà certains, avec un faible pour le Seven Cords, mon bracelet fétiche aux sept liens, décliné en plusieurs coloris, pavé ou pas de diamants, de plaques en or et autres charm's, c'est sûr et certain, j'y vais demain!

RunWithMe (ICI) chez Apriati, et je vous fait rencontrer Martine Chely!

www.apriati.com

Suivez-nous sur www.spootnik.com aussi!

Version anglaise ICI