NUTRITION / Picoler sans culpabiliser en 5 leçons !

Nous en sommes toutes et tous conscients : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Mais avec modération, en bonne compagnie quelques verres ne sont pas interdits. Nous allons donc tenter d’ajuster la bonne dose de plaisir.

L’heure est à la fête ! Les pots de fin d’année, le Réveillon de Noël, la Saint Sylvestre constituent autant d’occasions de partager souvenirs, plaisir, mais aussi petits fours et coupes de champagne. Néanmoins, ces quelques excès gourmands et gourmets ne doivent pas être synonymes de désespoir pondéral à court terme et de serrage de ceinture à long terme en vue des futures jupes et décolletés printaniers.

> L’essentiel réside dans l’équilibre et la prise de conscience du plaisir de déguster chaque douceur, la véritable écoute de sa faim, son rassasiement sans attendre la satiété.

Aujourd’hui, je ne vous parlerai pas de dinde aux marrons, ni de foie gras et encore moins de bûche glacée car vos menus sont le plus souvent déjà "imprimés", commandés par vos soins ou ceux de votre belle-famille…

Non, nous allons nous attarder sur un incontournable qui saura mettre en valeur vos mets préférés :

Attendre l’arrivée de l’ensemble de ses invités autour d’un punch maison, trinquer au champagne, déguster ses huitres accompagnées d’un blanc sec, puis poursuivre par un Pinot Noir qui pourra tout aussi bien se marier à votre gibier qu’au plateau de fromage qui suivra. Et que pensez pour clore le repas d’un Jurançon vendanges tardives, bel ami de votre dessert chocolaté ?

Mais ces doux breuvages ont un coût  et non des moindres. Je vous propose de compléter vos connaissances nutritionnelles éthyliques pour apprendre à savourer sans abuser… Ou abuser en pleine connaissance de cause !

1 /  Côté calories :

Sachez tout d’abord que si chaque alcool possède un contenant spécifique, ce n’est point par snobisme mais dans un but de standardisation du degré alcoolique. Concrètement ?

> Un verre de vin à 12° de 10cl = un verre de Champagne à 12° de 10cl = 1 chope de bière à 5° de 25cl = 1 verre de whisky à 40° de 3cl = 1 verre de pastis à 45° de 2cl

Tous ces verres contiennent 10g d’alcool. Sachant qu’1g d’alcool représente 7.1 calories.

Le calcul est donc simple : 1 dose standard d’alcool représentera 7.1 x 10 = 71 calories.

Mais pensez à rajouter à ces calories la quantité de sucre souvent propre aux alcools "de femmes" - vin cuit, Soho, jus d’orange ajouté au Whisky, Cidre doux -  voire de graisses (Crème de Whisky type Baileys).

Ainsi une flûte de Champagne demi-sec - c’est-à-dire auquel on aura rajouté du sucre - nous vaudra 10 calories de plus. Un verre de liquoreux (Sauternes, Monbazillac), ou de vin cuit (Muscat, Banyuls), vaudront respectivement 110 et 160 calories. Le pompon revient à la crème de Whisky qui, pour une dose de 6cl nous fait cadeau de 210 calories.

> Le bon choix calorique ? Optez pour l’alcool le moins fort et surtout sans sucre ou graisse ajoutée : le champagne sec constituera une bonne option !

2 / Côté Hydratation :

L’alcool déshydrate l’organisme. Plus précisément, il perturbe le contrôle de l’équilibre hydrique, ce qui conduit à une élimination d’eau excessive. La raison est simple : l’alcool inhibe la production de vasopressineune hormone à effet diurétique. Ce blocage est donc responsable des symptômes de déshydratation et de gueule de bois conséquents.

Cette déshydratation importante n’est pas l’ami du sportif car elle peut être la source de crampes, troubles musculaires ou tendineux.

> Le bon geste ? Entre 2 coupes alcoolisées, servez-vous au moins 1 à 2 verres d’eau bicarbonatée (St Yorre, Vichy Célestin). Cette initiative ne diminuera pas les effets nocifs de l’alcool mais permettra de diminuer la gueule de bois et le nombre de verres de spiritueux consommés.

3 / Côté vitesse d’assimilation :

Encore une injustice : une femme qui a le même poids qu’un homme aura une alcoolémie plus élevée que ce dernier à quantité d’alcool égale consommée. La faute à notre composition corporelle.

Nous avons en moyenne 10% de graisse de plus en comparaison à Monsieur. Et Monsieur sera donc plus musclé. Le muscle contient plus d’eau. Vous suivez encore ?

L’alcool se dissout mieux dans l’eau que dans le gras. Le muscle contenant plus d’eau que le tissu adipeux, un homme sera donc moins vite grisé par l’alcool et son taux d’alcoolémie moins élevé pour un même nombre de verres.

> La moralité ? Encore une bonne raison de maintenir une bonne activité sportive car plus vous serez musclée, plus vous « contiendrez » d’eau et donc moins l’alcool aura d’emprise sur vous. Mais a contrario, n’arrivez pas à l’apéro ventre vide et juste après votre activité sportive : rien de tel pour accélérer le passage de l’alcool dans le sang !

4 /Côté silhouette :

L’alcool dans notre corps est transformé en acétaldéhyde : une substance très nocive.

La mission première de notre corps devient alors d’éliminer ce toxique au détriment de l’élimination des graisses et sucres qui composent le reste du repas. L’alcool diffère donc de plusieurs heures la digestion des acides gras et produits sucrés.

Pour faire simple, un brunch dinatoire alliant alcool et saucisson ou un buffet composé de mignardises sucrées seront stockés +++  qui plus est si vous les accordez avec un vin sucré liquoreux.

Bonjour la synthèse du cholestérol et le stockage des graisses, notamment au niveau de l’abdomen… Effet abdo Kro garanti !

> La bonne habitude ? On zappe les cacahuètes, on fuit le pot de mayonnaise qui accompagne pourtant si bien les crustacés. On mange lentement pour faire durer le plaisir et surtout laisser au corps le temps d’effectuer son travail d’élimination des toxiques.

5 / Côté récupération "Active" :

Outre une bonne hydratation riche en sels minéraux, pensez à la tisane protectrice du foie.

Stockez quelques feuilles de romarin (60g) et de boldo (40g) dans une boite occultant la lumière (en fer) et anticipez la préparation la veille des fêtes :

3 cuillères à soupe pour 1 litre d’eau froide que vous porterez à ébullition. Laissez ensuite infuser 10-15 minutes, filtrez et consommez sur la journée.  N’hésitez pas à prolonger cette dégustation sous forme de cure de 15 jours à 3 semaines histoire de bien commencer l’année.

> Un dernier conseil, évitez l’épreuve de la pesée le lendemain des agapes car votre poids ne sera pas significatif. Il résultera essentiellement d’une rétention d’eau liée à une alimentation plus riche et notamment plus salée. Mangez sainement pendant 48h avant d’évaluer les dégâts !

Bonnes fêtes de fin d’année et à trinquons à vos résolutions 2016 !

Par Marie-Caroline Savelieff - Diététicienne nutritionniste de RunChic - No Diet - No Perf.