Dominique Chauvelier : portrait du Champion en coureur de fond

UN HOMME

"Salut Géraldine ! Ecoute, on va se tutoyer parce qu'en course à pied tout le monde se tutoie, non ? " Voilà, c'est Dominique Chauvelier et le ton est donné. Moi qui étais - à moitié - tétanisée à l'idée d'interviewer le quadruple Champion de France de Marathon à la 44ème licence FFA cette année, j'ai rencontré un homme entier, généreux et passionné. Un homme au franc parler, joueur, farceur, un peu roublard aussi... et j'ai été immédiatement séduite par un immense coureur. Un homme qui a voué sa vie à la course à pied, qui à 57 ans y consacre encore tout son temps. Tout en conciliant travail et vie de famille : Dominique se marie à 21 ans, est père à 23, fait construire sa maison à 24 et élève ses trois enfants "à 100%", sans jamais avoir sa langue dans la poche !

9030_1209384082467_2035047_n.png

Mais en 1969, Dom n'est qu'un gamin de 13 ans timide, réservé et très volontaire qui décide de faire un sport individuel. Alors au départ son idée était de rouler sur les traces d'Anquetil, Louison Bobet, Eddy Merckx. Mais voilà, pour son père un vélo avait un prix alors que la course à pied... c'était presque gratuit. Et à la Flèche où aux début des années 70 courir ne se fait pas, où il s'entend dire "Mais t'as rien d'autre à foutre, tu es fou ?", Dominique court. Et aujourd'hui Chauchau court toujours, étant à l'heure actuelle le seul franco-français à avoir un Palmares aussi prestigieux. (photo ci-dessous / 11 février 1973 : 10è des Championnats de France Cadet à Méry sur Oise)

170545_1772819648004_3837054_o.png

UN RUNNER

Son bac en poche, celui qui voulait devenir professeur des écoles intègre la Banque Populaire sous les conseils de son père. "Mes parents ne m'ont jamais félicité, par pudeur je crois et puis ça ne se faisait pas surtout. C'est dommage. Pourtant je sais que mon père était très fier et qu'il parlait de moi dans les réunions de famille où je n'étais pas là." A 17-18 ans il fait partie des meilleurs cadets français, court son premier Marathon à 23 en 2H17', s'entraîne à 6h du matin avant d'aller travailler et à 18h après le boulot. En 1981, son patron qui ne lisait pas l'Equipe mais Le Monde le convoque dans son bureau. Dominique venait de remporter son premier titre de Champion de France de Marathon en 2H14'09". C'était son 5è Marathon en 13 mois, il a 24 ans et obtient un emploi du temps aménagé avec 2H par jour pour pouvoir s'entraîner.

175884_1798089159726_3173157_o.png

Puis tout s'enchaîne. Le Footing des 70's devient le Jogging des 80's - création du magazine Jogging en 1983 - avant l'embellie du Running des 90's. "A partir du moment où je suis devenu Champion de France, j'ai été sollicité sur les courses par des primes de départ. A l'époque, avec Jacky Boxberger et les autres nous étions peu nombreux à nous partager le gateau. J'obtiens alors un mi-temps pour m'entraîner, puis la banque m'offre cinq congés sabbatiques de deux ans. Je deviens professionnel et commence à avoir mon propre entourage, avec mon kiné et tout un staff. Puis la course devient aussi un business, mon business." Et les Meneurs d'allure, tu n'en serais pas à l'initiateur par hasard ? "Si, si, c'était sur le Marathon de Paris en 1998. Les champions avaient droit à leurs lièvres, alors pourquoi pas tous les coureurs ?"

5643_321972621259433_211324431_n.png

ENTRAINEMENT

"Du biquotidien essentiellement, seul moyen pour pouvoir avaler les 200 kilomètres hebdomadaires nécessaires pour aligner 2H11' sur Marathon. Aujourd'hui, à 57 ans je cours toujours 80 à 90 kilomètres par semaine à un rythme de 5 voir 6 sorties. Une fois par semaine j'ai un coach individuel pendant 1H15 environ avec qui je fais du gainage et de la muscu. Et j'aime toujours m'arracher sur des séances de fractionnés, ça m'amuse. Comme j'adore courir en peloton, faire le mort, prendre les relais, bluffer, batailler. Quant on dit que la course est un sport individuel... C'est pour cette raison que j'ai toujours aimé le Cross Country. C'est comme la boxe, on peut se friter, il y a du contact, on sent le souffle de l'autre, on se sent on se frotte."

194960_1827153726322_8026067_o.png

ALIMENTATION

"Attention ! Quand tu cours 30 kilomètres par jour, ton corps il brûle ! Alors tu vois, j'ai toujours été à l'écoute de mon corps, sans faire tous ces chichis de régime. En plus, quand tu t'entraînes dur tu as forcément envie de féculents. Et puis comme j'habitais au Mans, j'y habite encore aujourd'hui d'ailleurs, j'ai toujours pu manger les produits du jardin, sainement quoi ! Mais tu sais, après un Marathon tu as vraiment envie d'un bon steak ! Et un excès, il ne faut surtout pas se biler, c'est comme du mauvais bois dans la chaudière : ça brûle tout pareil. Alors de temps en temps il faut faire sauter la soupape, il faut rigoler, sortir et ne surtout pas être psychorigide, car le physique suit le psychique. Et on ne peut pas être performant si on n'a pas le moral. Par contre, je tiens à préciser que l'arrivée des gels - dont ceux de la marque Overstym's pour qui je suis consultant diététique - ont vraiment révolutionné le ravitaillement sur course, avant on n'avait que de l'eau. Et le gatosport, nen parlons pas, c'est juste formidable."

578054_563211673712077_46499256_n.png

UN LOOK

"Adidas. Sponsor oblige ! Pour qui je suis aussi consultant depuis 17 ans. Alors aujourd'hui la tendance est aux shorts un peu baggy, le short d'athlé étant out. Je les porte avec un maillot et toujours - enfin presque - avec mes lunettes Adidas, car j'aime bien le look un peu triathlète américain. Je joue aussi sur les couleurs et en ce moment c'est le jaune fluo qui est à l'honneur. Sinon, pour faire ressortir la féminité qui est en moi - ça reste entre nous, mais il ne faut pas croire, nous les hommes avons tous une part de féminité en nous - je me rase les jambes." Enfin, pas que les jambes Dom ? Tu oublies quelquechose... "Ah oui. C'est vrai ! Bref, les jambes c'est quand même bien plus joli, ça met les muscles en valeur d'autant plus que c'est quand même nettement plus pratique quand tu veux étaler ton huile Weleda à l'Arnica. Et plus agréable pour se faire masser. Pour terminer sur mon look, j'ajouterai que Polar est un partenaire fidèle depuis des années, ma montre est donc une Polar, et j'interviens pour eux lors de tests VMA proposés par des magasins de running dans tout l'hexagone."

251925_299272673503240_2081877927_n(1).png

PLAYLIST

Difficile d'imaginer Chauchau courir avec des écouteurs, à moins qu'il ne parraine un logo avec une pomme... Mais peut être as-tu un avis à donner Dom ? "C'est vrai, je n'ai jamais couru en musique, je préfère être à l'écoute de mon entourage, des oiseaux, des odeurs et même des voitures. Par contre je conçois très bien que l'on puisse le faire sur des sorties longues. Pourquoi pas ? Et si jamais ça devait m'arriver, je choisirais une musique qui booste, qui déménage un petit peu. Du rock des années 60 - 70  tiens comme un bon Rolling Stones, Paint in black ou Satisfaction. Sinon du blues, Chuck Berry, des solos de guitare électrique, Jerry Lee Lewis, ou Santana j'adore." A bien y regarder, Dom a un en effet petit côté Rolling Stone...

24563_1410848478951_6269211_n.png

MEILLEUR SOUVENIR

"Oh ! Les courses quand j'étais gamin en Minimes et les rencontres humaines. Je me souviens encore de ma première médaille en 1970 à Malicorne sur Sarthe et de ma première coupe en 1971. C'est comme si je les tenais encore dans ma main Mon 1er titre de Champion de France en 1981. Les J.O n'ont jamais été aussi fort." ( photo ci-dessous : 1er des quatre titres de Champion de France. "La barrière me tient, je suis nase, je vomis. A cette époque on terminait les marathons détruits. Aujourd'hui ils sautent de joie et font la roue !")

171643_1766652693834_3265191_o.png

PIRE SOUVENIR

"Une vexation. Lors de la sélection pour l'épreuve du Marathon aux J.O de Los Angeles en 1984, j'ai eu un point de côté. Je ne me suis pas qualifié. En plus à l'époque j'étais en bisbille avec la Fédé, ce qui n'arrangeait rien. J'ai peut être aussi un regret, c'est celui de ne pas avoir fait moins de 2H10. J'ai couru 10 fois en 2H11, jamais en dessous, parce que j'ai toujours préféré la bagarre d'homme à homme que le chrono."

172051_1790283724595_6589328_o.png

KILOMETRE PREFERE

"Le 32 ème. Car un Marathon c'est 32 + 10. A partir de là je pars pour un 10 bornes !"

172748_1780139190988_1044407_o.png

COURSE A VENIR

"Il y en a un peu tous les week end, et en général soit je participe à l'organisation comme sur le Marathon de Sénart le 1er mai ou le Marathon du Mont St Michel, soit je cours et là ce sera le Semi-marathon du Mans le 8 mai prochain."

333044_2787191086656_1133324947_o.png

LE CONSEIL DE CHAUCHAU

"Là, je ne m'adresse pas spécialement aux gens doués, car ce ne sont pas forcément eux qui réussissent le mieux, mais je donnerai juste ces deux conseils : persévérance et organisation sont les clefs de la réussite. Sans parler de records et de chronos, avec un peu de volonté et de travail on arrive tous à courir un marathon ou à faire l'UTMB. Et pour finir je donnerai un conseil sportif : à l'entraînement les gens ont tendance à faire de l'endurance, alors que c'est la qualité qui prime. Il faut casser, briser cette foulée de diesel par des fractionnés. Car tu vois, aujourd'hui je me rends compte que ça court de plus en plus, mais de moins en moins vite. Le travail, toujours le travail !"

Dominique, MERCI !

Pour plus d'infos, c'est sur www.freerun72.com/freedom

var addthis_config = {"data_track_addressbar":true};