La Running Minute d'Olivia Cuche

Un peu de philo au Luco !

Alors que son réalisateur de mari Nicolas Cuche est dans les starting blocks à l'occasion de la sortie de son nouveau film Prêt à tout, Olivia - créatrice de bijoux at herself avec sa marque Olidays - se confie sur sa toute récente pratique de la course à pied. Avec une vision très germanopratine du running !

IMG_1727.jpg

Avant le printemps dernier, c'était un cours de gym, un tennis et un footing par semaine et j'avais l'impression de mourir au bout d'un tour du Luco. (Jardin du Luxembourg, un tour = 2 kilomètres). Depuis, je cours 2 à 3 fois par semaine, environ 40', ce qui fait deux grands tours en passant par les Jardins de l'Observatoire.

Le lundi et le vendredi je cours en refaisant le monde avec ma copine Cécile qui est psychiatre. Du coup le footing se transforme en séance de littérature où nous travaillons sur des auteurs dont on partage la lecture. En ce moment c'est "Et si l'amour durait " d'Alain Finkielkraut pour qui - en banalisant ses propos - l'amour se place entre la souffrance et la jouissance.

Et en course à pied je réalise que c'est exactement pareil : nous sommes doubles, entre l'effort et le plaisir. La jouissance arrive après 25' d'effort et se poursuit après le footing par une sensation de fatigue réconfortante. Tu es dans du coton, tout est beau, tout est rose et moi je suis au paradis !

Courir a changé quelque chose en moi. Courir me procure une sorte de joie. Pourtant je cours tout doucement... Quoique ! La dernière fois j'ai même doublé des mecs. Je me suis dit waouh ! est ce que je vais vraiment vite ou est-ce que ce sont eux qui sont vraiment très lents ?

Aujourd'hui, je ne me pose même plus la question de savoir si je dois y aller ou pas. Qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige, j'y vais ! Ca veut peut être dire que je suis accro, non ?

Un objectif de course ? Non, je ne suis pas encore dans cet objectif là. A moins que ça ne me fasse rêver. Ah ! Peut être La Course des Princesses ! Avec mes filles et une culotte rose sur la tête !